Dr Mohamed Benabid: «La portée du fact-checking est limitée»

Ce que je constate parfois, c’est une baisse de vigilance chez certains confrères qui, au lieu de rester attachés à l’orthodoxie journalistique, se fient trop rapidement à un agenda-setting fixé par les réseaux sociaux. Valider la fiabilité d’une source, ce qui est le principe même d’un fact checking, ne sera jamais suffisant si l’on ne s’arrête pas sur les processus de transmission même de l’information. En se concentrant sur la source, le fact checking renvoie à une conception statique et linéaire, celle du modèle émetteur-récepteur, alors même que l’information est de plus en plus disséminée en réseau. La genèse des fake news s’alimente de convictions et d’émotions dans un processus où la véracité des histoires partagées n’a plus d’importance.

Lire la suite sur : https://www.leconomiste.com/article/1060025-dr-mohamed-benabid-la-portee-du-fact-checking-est-limitee