À noter qu’aucun masque grand public ne peut se prévaloir d’une véritable certification de la DGA, qui n’en a pas délivré dans ce cadre, mais simplement d’un test de la DGA accompagné de ses résultats plus ou moins bons.En parallèle, l’Association française de normalisation (Afnor) a mis en ligne une plateforme Web de mise en relation des confectionneurs de masques avec ceux qui en cherchent, permettant de filtrer les résultats par département. De même, les barbes, déconseillées au personnel soignant, n’ont pas forcément besoin d’être rasées chez le grand public, car l’objectif des masques à usage non sanitaire est d’intercepter les postillons émis, et non d’interdire à l’air extérieur de contourner le filtre du masque.Lors de l’utilisation du masque, qu’il soit grand public ou chirurgical, il est très important de ne jamais toucher la partie principale en tissu, mais uniquement les attaches, afin de ne pas le contaminer avec les mains. De même, s’il doit être réutilisé, il faut privilégier un système de suspension (à un crochet, par exemple) et éviter de le poser sur une table ou un siège. Il est possible de laver plusieurs masques à la fois : il faut stocker les masques usagés dans un sac plastique avant de les laver, et il est possible de mettre dans la même machine d’autres textiles supportant 60 degrés, comme des serviettes ou des draps.

Lire la suite sur : https://www.lepoint.fr/societe/coronavirus-comment-choisir-et-entretenir-votre-masque-grand-public-29-04-2020-2373542_23.php