La crise du Covid-19 a un impact sur le contrôle des investissements étrangers (CNUCED)

L’agence onusienne insiste par exemple sur certaines incitations à l’investissement qui visent à améliorer la production dans le secteur de la santé. Séoul a garanti que ces entreprises éviteraient la situation dans laquelle elles ne pourraient de faire des bénéfices ou d’équilibrer les dépenses engagées pour le développement de médicaments ou de vaccins. L’autre volet de la réponse est l’adoption de mesures de sécurité nationale pour la protection de la santé publique par le biais d’un examen des investissements étrangers. De nouvelles mesures visent à préserver les capacités nationales en matière de soins de santé, de produits pharmaceutiques, de fournitures et d’équipements médicaux. La CNUCED cite l’exemple de l’Australie où le seuil de contrôle monétaire pour tous les investissements étrangers a été temporairement abaissé à zéro pour « protéger l’intérêt national de l’Australie », couvrant ainsi désormais toutes les acquisitions étrangères. Selon la CNUCED, la loi accorde au gouvernement le pouvoir d’obliger à terme d’autres entreprises privées à réorienter leur production vers des produits manufacturés liés à l’urgence du Covid-19. Le gouvernement italien a décidé de nationaliser sa compagnie aérienne nationale, Alitalia. Aux États-Unis, le 14 avril 2020, le gouvernement a adopté un plan de sauvetage de 25 milliards de dollars pour l’industrie aérienne.

Lire la suite sur : https://news.un.org/fr/story/2020/05/1068092