La Veille du Patronat Ivoirien CGECI face au COVID 19

SOMMAIRE

Edito : De l’importance de la communication en temps de crise
Appui aux entreprises : Accompagner les PME grâce au projet « S’INVESTIR ENSEMBLE » mis en œuvre par la CGECI !
Dette : 139 milliards FCFA de dettes fournisseurs payés en avril et mai 2020
Fiscalité : Remboursement accéléré des crédits de TVA, où en est l’Administration ?
Fonds COVID-19 :Fonds de soutien : Des chèques ont été remis le 14 mai
Dialogue social : La CIPC fait des recommandations additionnelles au Gouvernement
Plaidoyer : Les mesures préconisées par la CGECI pour le financement des activités par les banques prises en compte par la BC
Dialogue public – privé : Secteur privé et Administration planchent sur les critères d’éligibilité aux fonds COVID-19
Analyse d’impact : Le BTP, au troisième rang des secteurs pourvoyeurs d’emplois, joue sa survie
Lutte contre le COVID-19 : Les nouvelles décisions prises par le Conseil National de Sécurité suite à sa réunion du 14 mai 2020
La parole est à vous : Eric Kacou, Président de la Commission Entreprenariat de la CGECI : 7 questions pour s’orienter face à la crise causée par la COVID-19”
Brèves de la semaine & Circulaires
Bonnes pratiques : Déconfinement en douceur
Entreprises citoyennes : Les entreprises se mobilisent pour faire des dons

Analyse d’impact : Le BTP, au troisième rang des secteurs pourvoyeurs d’emplois, joue sa survie

Le secteur du Bâtiment et des travaux publics, qui avait été plombé par la décennie de crises, booste depuis 2011 les performances économiques de la Côte d’Ivoire avec une contribution de 6,8 % au PIB (mai 2019) due à la réalisation des infrastructures publiques et aux commandes privées.
Le secteur a par ailleurs enregistré la création d’environ 20 000 emplois par an, soit 10% de la création totale d’emploi en Côte d’Ivoire après le commerce (31%) et l’industrie manufacturière (15%).
Comme d’autres secteurs, le BTP n’est pas épargné par la crise de la COVID-19 et connaît d’énormes difficultés. La désorganisation de la chaîne d’approvisionnement, la réduction du temps de travail, la suspension de certains chantiers et la baisse de la production ont fortement impacté les activités et compromis les délais de livraison des commandes en cours.
Cependant, certains projets essentiels se poursuivent notamment les programmes routiers inscrits au Programme Social du Gouvernement 2019-2020, la construction des infrastructures de la CAN 2023, le Boulevard de Marseille et le 4ème pont.
Des mesures de soutien à l’activité ont été prises par l’Etat, entre autres:
:: Une ordonnance qui annule les pénalités de retard à la charge des entreprises, du 06 avril au 06 juillet 2020 ;
:: L’aménagement des mesures de sécurité facilitant la circulation du personnel vers l’intérieur du pays;
:: Un règlement partiel des arriérés de créances des entreprises du secteur.

Toutefois les conséquences de la COVID-19 sur les activités des professionnels du secteur sont nombreuses :
:: Baisse du chiffre d’affaires d’environ 40% à fin avril 2020, selon le Groupement Ivoirien du Bâtiment et des Travaux Publics (GIBTP) ;
:: Enormes difficultés financières, notamment des tensions de trésorerie , malgré les efforts d’apurement consentis par l’Etat de Côte d’Ivoire et des problèmes à faire face aux engagements bancaires et à régler les factures fournisseurs. Cela dégrade la solvabilité et la qualité de signature de certaines entreprises ;
:: Pour survivre , modification des plannings d’exécution, réorganisation des activités sur les chantiers, réduction des heures de travail… Cette situation a entraîné des avaries sur les stocks de matières premières et consommables;
:: Mise en place de plans de continuité d’activités, qui a engendré des coûts additionnels liée à la prévention de la maladie (médecins sur sites) ou à la mise à niveau des systèmes d’informations ;
:: Réduction des effectifs.
Toutefois les entreprises du secteur du BTP s’engagent pleinement à œuvrer à la poursuite de leur activité, afin d’éviter une mise à l’arrêt total des chantiers, ce qui déstabiliserait non seulement les entreprises concernées mais aussi l’ensemble de la chaîne économique.
Mais il existe un véritable risque de faillite en chaîne dont l’ampleur des conséquences dépendra des mesures d’accompagnement financier, de l’appui de l’Etat, de l’évolution de la situation sanitaire ainsi que des restrictions éventuelles qui s’en suivront.

Rappel: Pensez à participer à l’enquête sur l’impact de la COVID-19 sur les activités des entreprises qui a débuté le 12 mai et qui prendra fin le 22 mai 2020 via le lien suivant : htps://forms.gle/D2cHmsERE8rHGYjt

Lire la suite dans le bulletin n°5 ci-joint.

La Veille du Patronat Ivoirien CGECI face au COVID 19 – Bulletin n° 5