L’argent, nerf de la guerre contre le coronavirus et de la bataille pour le développement durable

La crise du coronavirus pourrait aussi faire chuter la production mondiale de 8,5 billions de dollars – soit le plus fort déclin depuis la Grande Dépression des années 1930. « Nous devons l’éviter », a dit M. Guterres. Malgré les efforts déjà déployés, « nombre de pays en développement n’ont pas les moyens de lutter contre la pandémie et d’investir dans la relance », a toutefois rappelé le Secrétaire général.Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies a tenu à rappeler que bien avant la crise de la Covid-19, de nombreux pays n’étaient pas en mesure d’atteindre les Objectifs de développement durable en raison de contraintes financières.Selon le Président de l’Assemblée générale, il est clair que de nombreux pays en développement ne disposent pas actuellement des moyens financiers pour arrêter la propagation de la pandémie de Covid-19 et les conséquences sociales et économiques de la pandémie. Lors de cette réunion, le chef de l’ONU a demandé que des « mesures collectives » soient immédiatement prises dans six domaines revêtant une importance capitale : « Nous vivons une époque aussi difficile que dangereuse, et nous devons relever ce défi avec toute l’urgence, tout le sérieux et toute la responsabilité qui s’imposent », a souligné M. Guterres. « Il s’agit là d’une crise mondiale, et il nous appartient à tous de la régler »

Lire la suite sur : https://news.un.org/fr/story/2020/05/1069732