Coronavirus : quelles conséquences la vague de chaleur à venir peut-elle avoir sur l'épidémie?

De mercredi à vendredi, le thermomètre atteindra les 30°C en moyenne sur la moitié nord de l’Hexagone, avec, par endroits, des pointes à 33°C et 35°C. Une récente étude brésilienne, portant sur la période du 27 février au 1er avril, montre qu’à des températures comprises entre 16 et 25 degrés, chaque degré d’augmentation diminue la transmission du virus de 4%. Elle corrobore une autre étude, publiée début mars par l’université chinoise de Beihang, selon laquelle “une température élevée et une humidité relative élevée réduisent considérablement la transmission de Covid-19”.Selon une étude de l’Institut de veille sanitaire publiée en 2009, “la tendance à la concentration de la population dans des espaces confinés et peu ventilés lorsqu’il fait froid augmente le risque d’infections croisées”. Parmi les précautions à prendre pour éviter de souffrir pendant une canicule, il est vivement conseillé d’éviter de sortir lors des pics de chaleur et de rester dans un endroit frais et ventilé. L’Organisation météorologique mondiale (OMM), un organisme rattaché à l’ONU, a alerté le 26 mai dernier sur les risques de contamination dans les espaces publics climatisés.

Lire la suite sur : https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/coronavirus-quelles-consequences-la-vague-de-chaleur-a-venir-peut-elle-avoir-sur-lepidemie-3976564