Invité il y a une semaine à s’exprimer devant des entrepreneurs à l’occasion de Bpifrance InnoGénération (BIG), Emmanuel Macron l’a reconnu. Une courte majorité, de 54%, pense même qu’à la faveur de cette crise sanitaire, les jeunes générations ont été sacrifiées au profit des Français les plus âgés. « La crise de la Covid-19 bouleverse leur vie et les jeunes le vivent mal », observe Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop qui le souligne : à l’âge de l’insouciance, « on ne voit pas du tout d’insouciance dans leurs réponses ». Clairement, la crise sanitaire devenue économique et sociale est en train de pourrir l’avenir de nos enfants tout en menaçant la vie de leurs parents. Bien sûr, les générations de leurs grands-parents ont connu aussi la guerre et les privations mais le contraste est saisissant avec l’entrée dans la vie de leurs parents les « boomers ».

Il est intéressant aussi de mesurer comment la crise sanitaire, en s’installant dans la durée, modifie les perceptions : dans l’arbitrage entre protéger la vie ou protéger l’économie, la jeunesse est très divisée. 51% donnent la priorité à la lutte contre la pandémie tandis que 49% attendent du gouvernement qu’il favorise prioritairement l’amélioration de la situation économique (dont à 55% les 25-29 ans). « Tout dépend de quelle jeunesse on parle, reconnaît le DGA de l’Ifop, quand on fait une enquête sur les jeunes, on s’attache à mesurer en quoi ils sont en rupture, ou pas, avec la moyenne des Français ».

Lire la suite sur : https://www.latribune.fr/economie/france/coronavirus-les-jeunes-se-vivent-comme-la-generation-sacrifiee-de-la-crise-859508.html